ORGANISATION
TRANSMISSION EXCITATRICE ET MECANISMES DE PLASTICITE DANS LE CORTEX CEREBELLEUX
ACCUEIL   |  ORGANISATION  
RESPONSABLE : MARCAGGI Païkan

MEMBRES ACTUELS :

THEMES DE RECHERCHE :

Chez l’homme ou le rongeur, la majorité des neurones se trouvent dans le cervelet où la synapse prépondérante est celle qui assure la connexion excitatrice entre les cellules en grain et les cellules de Purkinje. Des études in vitro chez le rongeur ont démontré que la force de la transmission à ces synapses (poids synaptique) peut être modifiée par des mécanismes de plasticité variés, dont certains pourraient sous-tendre le stockage d’information alors que d’autres pourraient relever de régulations homéostatiques. Un de nos objectifs est de relier les mécanismes de plasticité synaptique à des fonctions spécifiques.

Dans nos études des mécanismes de plasticité synaptique, nous avons étudié les rôles de deux récepteurs couplés à des protéines G : les récepteurs métabotropiques du glutamate de type 1 et les récepteurs de cannabinoïdes de type 1. Actuellement, nous combinons des approches électrophysiologiques classiques (patch-clamp) à de nouvelles approches expérimentales basées sur l’utilisation d’outils optogénétiques, de micro-technologie et d’analyse de signaux d’imagerie calcium en temps réel pour approfondir nos connaissances des mécanismes d’interactions cellulaires à la synapse cellule en grain – cellule de Purkinje. Parallèlement, nous recherchons à caractériser quantitativement l’hétérogénéité des poids synaptiques et leur distribution. Cette distribution pourrait constituer une trace de mémoire en lien avec l’apprentissage cérébelleux.

PROJETS :

FINANCEMENTS :

ANCIENS MEMBRES :


PUBLICATIONS :


    Equipe précédente

    Retour au sommaire