EQUIPES
PLATEFORME BIOMARQUEURS DIAGNOSTIC
ACCUEIL   |  EQUIPES  |  PLATEFORME BIOMARQUEUR DIAGNOSTIC

RESPONSABLE : SEAGAR Michael

MEMBRES ACTUELS:

THEMES DE RECHERCHE :

La plateforme est une structure opérationnelle qui poursuit deux objectifs principaux :
• identification de nouveaux marqueurs moléculaires de diagnostic ou de pronostic de maladies neurologiques et psychiatriques.
• mise en oeuvre de dosages sérologiques pour le diagnostic de maladies neurologiques autoimmunes
Ces activités sont développées en association avec le Laboratoire de Biochime et de Biologie Moléculaire du CHU Nord (Chef de service: Jean Gabert, PUPH)

PCR quantitative en temps réel
La plateforme pratique l’analyse par pcr quantitative en temps réel (qPCR) des ARN, ADN et microARN. Elle est ouverte à la communauté scientifique publique et privée:
• mise à disposition et formation à l’utilisation des équipements
• conseil dans la mise en place, et accompagnement de projets de qPCR
• veille technologique, évolution et la mise en place des technologies de pointe
Analyses mises en œuvre :
Transcriptome : analyse niveau d’expression des gènes par quantification des ARNm
Génome : recherche et quantification de mutations sur ADN génomique
MicroRNome : quantification des microARNs
Transfert technologique : développement d’essais qPCR standardisés transférables en clinique par quantification  absolue des biomarqueurs.
Notre expertise dans le domaine de la standardisation des essais, est reconnue au niveau national et international (voir Gabert & Beillard 2003, publication citée plus de 790 fois). Il a également abouti au seul essai diagnostique basé sur la quantification par qPCR d’un biomarqueur (transcrit de fusion bcr-abl dans les Leucémie Myéloides Chroniques) mondialement reconnu, ainsi qu’à différents brevets, récompensés par le trophée INPI de l’innovation en PACA en 2007.
Notre démarche est basée sur le développement et l’utilisation de calibrants plasmidiques pour une quantification qPCR absolue et standardisée. Cette approche permet de mettre au point et de diffuser les seuls outils qPCR permettant d’obtenir une haute reproductibilité intra- et inter-laboratoires, pour une comparaison fiable des résultats dans l’espace et le temps. Nos outils sont donc essentiels pour la mise en place d’études multicentriques ou d’outils destinés à des applications diagnostiques.
Technologie et équipements :
PCR quantitative en temps réels (qPCR)
• approche biomarqueurs candidats en format plaque 96 puits
• approche criblage en format tLDA 384 (TaqMan Low density array – Life technologies)
La technologie tLDA (TaqMan Low Density Array® - AppliedBiosystems) permet de réaliser une quantification simultanée du niveau d’expression de plusieurs centaines de gènes ou microARN à partir de quelques ng d’ARN total. Cette analyse de criblage réalisée avec la robustesse de la technologie PCR constitue un atout technologique majeur.

Contrôle qualité des échantillons : Agilent bioanalyzer 2100
qPCR : Thermocycleur Applied Biosystems 7900 HT (format 96 et 384 tLDA)

Pour renseignements complémentaires : contacter Christine Formisano-Tréziny


Exosomes et acides nucléiques extra-cellulaires (ANEC)
Des travaux récents ont montré, qu’associés à des mécanismes physiologiques ou pathologiques, les cellules relarguent du matériel génétique (ANEC) dans leur environnement en quantité suffisante pour permettre leur analyse dans de nombreux milieux biologiques, permettant de dépister, diagnostiquer, et suivre une pathologie de manière non invasive.  La stabilité de ces ANEC est en partie liée à leur présence dans des exosomes, vesicules issues du traffic membranaire, de 40 à 100 nm de diametre. Notre objectif s’inscrit dans l’analyse non invasive du transcriptome à partir de l’isolement des exosomes d’intérêt. Un partenariat est en cours avec l’UF de Biologie  Materno-Foetale du service du Pr. Gabert dans le domaine des ANEC fœtaux circulants.

Pour renseignements complémentaires : contacter A. Levy-Mozziconacci



Autoanticorps anti-canaux calcium (Cav2).
Dans le syndrome myasthénique de Lambert-Eaton (SLE), les patients produisent des anticorps dirigés contre les canaux calcium voltage-dépendents (VGCC) de type Cav2. En réduisant l’influx calcique dans les terminaisons synaptiques, ces anticorps perturbent la libération de neurotransmetteurs dans le système nerveux périphérique, conduisant à une faiblesse musculaire et à des signes d’atteinte du système autonome. Dans ~70% des cas la maladie est paranéoplasique, la réponse immunitaire est fréquemment initiée par une tumeur bronchopulmonaire, ainsi le diagnostic de SLE peut permettre la détection précoce d’une tumeur. Nous proposons deux tests sérologiques afin de titrer les autoanticorps anti-canaux Cav2.1 (P/Q) et Cav2.2 (N)Cliquez pour agrandir pdf_JMG.jpg (1 Ko).

Pour renseignements complémentaires :
contacter Nicole Moutot
/ EL FAR Oussama



Autoanticorps anti-canaux potassium (Kv1).
 Les autoanticorps dirigés contre les canaux potassium voltage-dépendents (VGKC) de type Kv1 ont été initialement décrits dans la neuromyotonie acquise (ou syndrome d’Isaac). Dans cette maladie du système nerveux périphérique, des décharges spontanées des motoneurones entrainent des myokimies. Les anticorps anti-Kv1 sont aussi détectés dans l’encéphalite limbique, une atteinte autoimmune du système nerveux central caractérisée par des manifestations psychatriques, amnésie et convulsions. Cette maladie était initialement considerée comme majoritairement d’origine paranéoplasique. Or la présence d’anticorps anti-Kv1 est plutôt indicative d’une forme d’encéphalite limbique sans cancer associé et, dans ce cas un traitement immunosuppresseur permet souvent de réduire les signes centraux, y compris l’amnésie. Parfois des patients montrent une atteinte périphérique et centrale : le syndrome de Morvan. Nous proposons un test sérologique afin de titrer les autoanticorps anti-canaux Kv1.1, 1.2 et 1.6 et protéines associées LGI1 Cliquez pour agrandir pdf_JMG.jpg (1 Ko)

Pour renseignements complémentaires :
contacter Nicole Moutot / EL FAR Oussama


Neurotoxines botuliques.

Les neurotoxines clostridiales comprennent la toxine tétanique (TeNT) et les sept sérotypes de toxine botulique (BoNT/ A à G). Elles sont à l’origine des pathologies graves : tétanos et botulisme. Les BoNT/A et B sont également utilisées en thérapeutique et en cosmétologie.
A l’aide de la techniques de résonance plasmonique de surface (SPR), nous avons développés des biosenseurs permettant de doser les neurotoxines botuliques et tétanique dans les mileux complexes (serums des patients, aliments…) avec une sensibilité élevée (Ferracci et al 2011). Ces biosenseurs font appel aux substrats et aux anticorps monoclonaux spécifiques que nous avons générés, qui reconaissent la signature proteolytique spécifique de chaque neurotoxine. Nous cherchons partenaires et collaborateurs pour développer ces approches.

Pour renseignements complémentaires:
contacter Christian Léveque


PUBLICATIONS :